Dodaj do ulubionych

SKANDAL PEDOFILSKI W KOSCIELE IRLANDZKIM

IP: *.proxy.aol.com 21.04.02, 22:50
Nie chce mi sie tlumaczyc To jest artykul z francuskiego dziennika "Le Monde"
Powiem tylko, ze chodzi o 3000 osob, ktore skarzyly sie na molestowanie i
gwalty popelniane na nich przez ksiezy w szkolach, szpitalach sierocincach,
domach wychowawczych. W styczniu wladze kosciola irlandzkiego ulozyly sie z
wladzami panstwowymi, aby po cichu, bez rozglosu wyplacic skarzacym
odszkodowanie.
.../
Ciekawe czy biedni katolicy zdaja sobie sprawe za co placa, gdy placa na tace?

L'Eglise catholique irlandaise gravement atteinte par un scandale de pédophilie

Trois mille témoignages de sévices

L'Eglise catholique irlandaise est rattrapée par son passé. Le premier scandale
public suscité par les révélations d'abus sexuels commis sur des enfants par
des membres du clergé irlandais remonte à 1994. Depuis, des centaines d'adultes
ont fait connaître les sévices sexuels, voire les viols dont ils avaient été
victimes, dans des institutions gérées par l'Eglise : collèges, orphelinats,
centres d'apprentissage, maisons de redressement, hôpitaux.

Plus de 3 000 personnes ont proposé de témoigner des abus qui leur ont été
infligés. En janvier dernier, l'Eglise et l'Etat se sont entendus pour les
indemniser - en échange d'un abandon de leurs poursuites judiciaires - pour une
somme qui pourrait s'élever à 500 millions d'euros, dont un quart sera versé
par les congrégations religieuses. Ces violences et ces crimes ont, pour la
plupart, cessé à la fin des années 1970.

PLAINTES SANS SUITE
Mais des sévices ont continué, ternissant gravement l'image de l'Eglise, à
mesure qu'ils étaient rendus publics. Ils étaient le fait de prêtres ou
d'enseignants d'écoles catholiques, parmi lesquels plusieurs ont été jugés et
emprisonnés. Le cas le plus connu est celui du Père Sean Fortune, qui s'est
suicidé en 1999 après avoir été inculpé d'abus sexuels sur 66 enfants. C'est à
son propos que ce dossier, si embarrassant pour l'Eglise et, à un moindre
degré, pour le gouvernement de centre droit, qui est proche d'elle, défraie à
nouveau la chronique, après la diffusion par la BBC le 19 mars - puis par la
télévision irlandaise le 2 avril - d'un documentaire accusant le Père Fortune
d'avoir poussé au suicide quatre jeunes garçons et mettant en cause Mgr Brendan
Comiskey, évêque de Ferns (sud-est de l'Irlande) pour n'avoir donné aucune
suite aux plaintes formulées contre le prêtre dès les années 1980.

L'évêque, âgé de 66 ans, a été contraint de démissionner le 1er avril. Il a
remis en personne sa démission au pape qui l'a acceptée samedi 6 avril.
Dimanche, le cardinal Desmond Connel a reconnu à Dublin le "terrible mal" fait
à des enfants par "certains de ceux qui étaient nos frères". Il a présenté les
excuses de l'Eglise aux victimes, lors d'une messe de commémoration du
bicentenaire de l'ordre des Frères chrétiens. Cet ordre, pilier du système
éducatif irlandais depuis deux siècles et présent dans une vingtaine de pays,
est l'un de ceux dont la réputation a été flétrie par des actes pédophiles
commis en son sein.

Le gouvernement a chargé le juge George Birmingham, l'un des plus respectés du
pays, d'enquêter sur les actes pédophiles dont sont accusés plusieurs prêtres.
Les victimes demandent que toute la lumière soit faite, rien de plus mais rien
de moins. "Je continue de croire en Dieu, mais je ne crois plus du tout dans
les institutions de l'Eglise", déclarait au quotidien Irish Times, Marie
Collins, une quinquagénaire qui habite Dublin. Un prêtre a abusé d'elle
lorsqu'elle avait 13 ans.
Jean-Pierre Langellier, Le Monde, 9 avril 2002, p. 6, LE MONDE | 08.04.02 |
15h23

Obserwuj wątek

Popularne wątki

Nie pamiętasz hasła

lub ?

 

Nie masz jeszcze konta? Zarejestruj się

Nakarm Pajacyka